Des signes qui permettent de les détecter

Des signes qui permettent de les détecter

Certains indices permettent d’attirer l’attention, donc d’amener à consulter. Ils sont insuffisants pour porter un diagnostic et le médecin, en consultation, rassemblera tous les éléments pertinents avant de confirmer (ou non) qu’il s’agit d’un trouble anxieux ou d’un trouble dépressif. Ces signes, repérables par la personne elle-même ou par son entourage, peuvent appartenir à une ou plusieurs catégories…

1. une souffrance émotionnelle : des émotions fréquentes, intenses (anxiété, tristesse, découragement, irritabilité, parfois également culpabilité, voire honte…). Ces émotions peuvent parfois déborder (crises d’angoisse, crises de larmes…) mais même lorsque ce n’est pas le cas, elles sont douloureuses.

 

2. des symptômes physiques sans cause organique : palpitations, vertiges, essoufflement, insomnie, cauchemars, amaigrissement ou au contraire prise de poids sans modification de régime alimentaire, fatigue, difficultés de concentration, problèmes de mémoire, tension musculaire, douleurs inexpliquées… Parfois ce sont les seuls signes apparents, et c’est le dialogue entre la personne et son médecin qui permet de détecter un problème d’anxiété, de dépression ou de stress.

 

3. l’impossibilité de réguler certains comportements, ou de maîtriser certaines pensées : évitements (de situations, de pensées, ou d’émotions), obsessions, compulsions, troubles du comportement alimentaire, troubles sexuels, dépendance au tabac, autres addictions…

 

4. des difficultés relationnelles : les amis, la famille ou les collègues font remarquer qu’on a changé, qu’on n’est pas facile à vivre, qu’il y a toujours quelque chose qui ne va pas avec nous… on n’arrive pas à se faire des amis ou à garder ceux qu’on avait… les disputes conjugales ou familiales se multiplient sans cause apparente…

 

Parfois aussi, sans qu’il y ait véritablement une anxiété ou une dépression caractérisées, on est tendu, soucieux, stressé… Cela peut être le premier stade de ce qui deviendra plus tard un authentique trouble anxieux ou dépressif, donc :

ne négligeons pas le stress !