Fatigue, stress

Fatigue, stress

Une banalité parfois trompeuse

Fatigue et stress sont tellement courants que, parfois, on n’y prête plus attention. Et c’est vrai, il arrive à chacun d’entre nous de nous sentir fatigués, de nous sentir stressés, ou même les deux à la fois. Pourtant dans certains cas, ce sont des signes d’alerte qui, joints à d’autres, permettront au médecin d’établir un diagnostic concernant un éventuel problème physique, ou bien un problème d’anxiété ou de dépression.

On trouvera ci-dessous quelques éléments permettant de faire la différence entre :

  • une fatigue ou un stress qu’il serait bon de signaler à son médecin traitant,
  • et des épisodes qui relèvent plus de la banalité.

On pourra aussi se référer à l’ensemble des signes qui peuvent attirer l’attention, et à quelques exemples de personnes qui auraient tort de se résigner.

Fatigue

 Il est normal de se sentir fatigué le soir, après une longue journée de travail. Il est tout aussi normal de se sentir fatigué après une grande séance de sport, après avoir fait les magasins dans la foule d’un jour de soldes ou des achats de Noël…

Les fatigues plus étonnantes sont :

  • une fatigue qui dure, malgré le repos et de bonnes nuits de sommeil ;
  • une fatigue sans cause apparente ;
  • une fatigue plus intense le matin que le soir ;
  • une fatigue si intense, qu’elle empêche de faire ce qu’on faisait avant, que la moindre chose demande beaucoup d’efforts ;
  • une fatigue qui empêche de prendre plaisir à ce qu’on aimait auparavant ;
  • une fatigue teintée de découragement, lorsqu’on a l’impression que plus jamais on n’arrivera à se sentir reposé(e).

Certaines de ces fatigues peuvent évoquer une dépression, mais d’autres se rencontrent dans certains troubles anxieux, ou en cas de surmenage, ou encore dans le cadre de nombreux problèmes physiques. Seul un médecin peut faire la différence et écarter un problème physique puis, éventuellement, évoquer un trouble anxieux ou dépressif : les fatigues listées ci-dessus, surtout si elles sont accompagnées d’autres signes, doivent inciter à consulter.

Stress

Il est normal de se sentir stressé à l’approche d’une échéance importante : les étudiants connaissent le stress des examens, les salariés connaissent le stress des entretiens d’embauche, les artistes mais aussi tous les autres connaissent le stress des premières fois (première au théâtre, sortie d’un film, vernissage d’une exposition, premier rendez-vous amoureux, première prise de parole en public…)

Les stress plus étonnants sont :

  • un stress qui ne diminue pas, même si l’échéance est passée et que tout s’est déroulé au mieux ;
  • un stress sans cause apparente ;
  • un stress permanent ou quasi- permanent ;
  • un stress si intense, qu’il gâche la vie :
    • de la personne concernée (par des ruminations mentales anxieuses ou dépressives, par une nervosité toujours à vif, par une inquiétude excessive…)
    • de son entourage (par les inévitables répercussions des problèmes précédents, ou tout simplement parce que les proches s’inquiètent pour la personne concernée, et ne savent pas quoi faire…)

Certains de ces exemples de stress peuvent évoquer un trouble anxieux, mais d’autres se rencontrent dans certaines dépressions, ou en cas de surmenage, ou même dans le cadre de problèmes physiques. Seul un médecin peut faire la différence et écarter un problème physique puis, éventuellement, évoquer un trouble anxieux ou dépressif : les exemples listés ci-dessus, surtout si ils sont accompagnés d’autres signes, doivent inciter à consulter.

Il est d’autant plus intéressant de consulter sans trop attendre qu’un problème de stress assez anodin au départ peut, à la longue, favoriser la survenue de troubles anxieux ou dépressifs. Lorsqu’il est pris à temps, le même problème relève de méthodes de gestion du stress, dont certaines ont fait la preuve de leur efficacité.